lundi 12 mars 2012

Opel Commodore (A)

Opel Commodore (A)
1967-1971
Moteur AV 6L - 2239/2490 cm³
Berline 2 ou 4 portes, coupé
En février 1967, Opel présente la Commodore, exécution luxueuse de la Rekord. L'Opel Commodore est exclusivement équipée de moteurs 6 cylindres : soit le 2,2 litres de la Rekord 6 (jusqu'en août 1968) soit un nouveau 2,5 litres de 115 ch. La transmission est assurée par une boîte manuelle 4 rapports ou bien par la boîte automatique GM Powerglide. Des freins à disque sont montés à l'avant. La Commodore n'est disponible qu'en berline 2 ou 4 portes et en coupé. Extérieurement, la Commodore se distingue de la Rekord par sa calandre à barres verticales et une large plaque métallique qui décore le panneau arrière. L'équipement comprend des sièges avant inclinables un volant sport à trois branches et des décoration en bois. Un toit garni de vinyle est proposé en option.

En septembre 1967, la gamme Commodore est complétée par la version GS. Son moteur est alimenté par deux carburateurs et gagne 15 chevaux supplémentaires (130 ch). La Commodore GS reçoit des jantes spécifiques et des phares supplémentaires. Elle est proposée en berline quatre portes ou coupé.
En mars 1970, Opel présente une version encore plus puissante de la Commodore, la GS/E. Son moteur est alimenté par l'injection électronique Bosch D-Jetronic. Il développe ainsi 150 ch. Ainsi dotée, l'Opel Commodore frise les 200 km/h en vitesse de pointe. La Commodore GS/E est disponible en berline 2 ou 4 portes ou en coupé.
L'Opel Commodore en compétition
Dès 1968, la Commodore participe régulièrement aux épreuves du Championnat d'Europe des voitures de tourisme. Le préparateur Steinmetz en propose une version au moteur 3 litres (2990 cm³) développant 280 à 300 ch.
 
Deux versions jamais vues en série
Le carrossier Karmann a réalisé un cabriolet sur base Commodore. Il n'aura aucune suite commerciale.
Il en est de même pour le break Commodore Voyage dévoilé par Opel au salon de Genève en mars 1968.
 
 



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire