Goliath 1100 Luxus

Goliath 1100 Luxus
En juillet 1957, Goliath dévoile une exécution de luxe de la berline 1100 présentée quatre mois plus tôt. La 1100 Luxus se distingue du modèle de base par sa carrosserie en deux tons, des chromes supplémentaires, des pneus à flanc blanc, des sièges garnis de skaï, un rétroviseur anti-éblouissement, etc. Avec deux carburateurs Solex, le moteur gagne 15 chevaux de puissance supplémentaire.
Production : 1957-1958
Caractéristiques :  4H - 1093 cm³ - 55 ch - 135 km/h

Fiat 2300 Lusso

Fiat 2300 Lusso
En mars 1963, la Fiat 2300 Lusso reçoit un équipement amélioré : air conditionné, système de freinage asservi, système électrique amélioré avec un alternateur à la place de la dynamo, essuie-glace avec vitesse réglable, cendriers aux places arrière, rembourrage des accoudoirs. L'ouverture du coffre est élargie afin d'en faciliter l'accès. Les feux arrière sont redessinés pour être plus visibles. La direction assistée hydraulique est proposée en option.
Production : 1963-1968
Caractéristiques : 6L - 2279 cm³ - 105 ch - 160 km/h

Holden EK Special

Holden EK Special
La série EK présentée en mai 1961 est une évolution de la série FB précédente. Les modifications touchent l'aménagement intérieur et le système de ventilation et chauffage tandis que la calandre est redessinée et comprend huit barres verticales au lieu de six. La série EK est la première Holden à être équipée, en option, d'une boîte automatique, l'Hydramatic de la General Motors importée des Etats-Unis. Deux niveaux de finitions sont disponibles : la Standard et la Special. La Special se distingue par des moulures chromées sur les flancs, une sellerie intérieure en deux tons et une carrosserie traitée également en deux tons avec le toit blanc.
Production : 1961-1962 (150.214 ex.)
Caractéristiques : 6L - 2262 cm³ - 75 ch


 

Renault 12 TS

Renault 12 TS
En juillet 1972, Renault complète la gamme 12 avec la berline TS plus puissante et plus luxueuse. la 12 TS est équipée du moteur 60 ch du coupé 15 TL. L'augmentation de puissance est obtenue par une modification de l'arbre à cames, un carburateur Weber et un taux de compression plus élevé. L'équipement de la 12 TS comprend des jantes sport, des phares halogènes rectangulaires, une baguette chromée sur les flancs, des sièges avant avec appuie-tête intégré, un compte-tours, etc. Les sièges en similicuir, la radio, la peinture métallisée et les vitres teintées sont en option.
Production : 1972-1975
Caractéristiques : 4L - 1289 cm³ - 60 ch - 150 km/h
 
 
 

Fiat 500 R

Fiat 500 R
En novembre 1972, tandis que Fiat présente la nouvelle 126 au Salon de Turin, la 500 est présentée dans une dernière évolution : la 500 R ou rénovée. Fiat pense en effet qu'il y a une place pour les deux modèles au sein de sa gamme. La 500 R reçoit le moteur 600 de la 126 mais à la puissance réduite de 5 ch et sa boîte de vitesses n'est pas synchronisée. Les finitions sont également réduites. Ainsi, sur la 500 R, les pneus à carcasse radiale de l'ancienne 500 L ne sont proposés qu'en option. Le volant et le compteur sont ceux de la 500 F mais en plastique noir. La banquette arrière n'est plus rabattable. Les jantes sont celles de la 126 et donc dépourvues d'enjoliveurs.
Production : 1972-1975
Caractéristiques : 2L - 594 cm³ - 18 ch - 105 km/h

Fiat 500 L

Fiat 500 L
En octobre 1968, Fiat présente une exécution luxueuse de la 500 F destinée à relancer les ventes qui commencent à stagner. La 500 L bénéficie d'équipements supplémentaires ou améliorés : revêtement anti-reflet sur le tableau de bord, compteur rectangulaire de la 850, indicateur de niveau de carburant, volant à deux branches métalliques, porte-cartes sur les portes, moquette bouclée. Extérieurement, la 500 L se distingue du modèle de base par des tubes de protection des pare-chocs (ce qui fait augmenter la longueur - + 55 mm - qui dépasse les 3 m). Sur le capot arrière, on retrouve le nouveau logo Fiat en losange. Les joints du pare-brise et de la lunette arrière sont garnis de joncs en plastique chromé. Les gouttières sont également chromées. Les pneus sont à carcasse radiale.
Production : 1968-1972
Caractéristiques : 2L - 499,5 cm³ - 18 ch - 95 km/h

Fiat 500 F

Fiat 500 F
En mars 1965, la Fiat 500 bénéficie de plusieurs améliorations . La principale concerne l'ouverture des portes qui se fait dans le bon sens. Les poignées de portes sont dotée d'un bouton-poussoir et d'une serrure. Le pare-brise est agrandi. Les baguettes chromées du capot et des flancs sont supprimées. Les feux arrière, tout en plastique, sont redessinés. Les enjoliveurs de roues sont en métal chromés et non plus en aluminium. Le réservoir d'essence contient 22 litres.
Production : 1965-1972
Caractéristiques : 2L - 499,5 cm³ - 18 ch - 95 km/h

Fiat 500 D

Fiat 500 D
En octobre 1960, Fiat apporte de nouveau des modifications à la petite 500. La 500 D est extérieurement semblable à la 500 toit ouvrant de fin 1959. La principale nouveauté concerne le moteur. La 500 D reçoit en effet le moteur de la 500 Sport mais à la puissance réduite. D'autres améliorations sont également proposées : baquette arrière rabattable pour offrir un espace de chargement supplémentaire, coussins de protections sur les montants arrière, protège-genoux sous la planche de bord. Avec cette nouvelle évolution, la Fiat 500 va enfin trouver sa place sur le marché et ce d'autant plus que la 600 voit en même temps sa cylindrée augmentée. L'écart entre les deux modèles devient enfin significative.
Production : 1960-1965 (640.518 ex.)
Caractéristiques : 2L - 499 cm³ - 17,5 ch - 95 km/h
 
 

Fiat 500 toit ouvrant

Fiat 500 toit ouvrant
En mars 1959, Fiat apporte de nouvelles améliorations à la 500. La nouvelle version "tetto apribile" (toit ouvrant) remplace la 500 Normale. Le toit est relevé de quelques centimètres et doté d'une lunette arrière en verre. La toile de toit ne couvre plus que les places avant. A l'arrière, une vraie banquette remplace la simple planche des modèles précédents. En octobre 1959, pour répondre aux nouvelles normes en vigueur en Italie, Fiat modifie l'éclairage et la signalisation de la 500 : petits répétiteurs oranges sur les ailes avant, feux arrière empruntés à la 600, clignotants avant et feux de position regroupés dans une petite lanterne sous les phares. En conséquence, les ouïes d'aération avant disparaissent et Fiat modifie le système de ventilation. Enfin, la puissance du moteur est encore augmentée.
Production : 1959-1960
Caractéristiques : 2L - 479 cm³ - 16,5 ch - 95 km/h
 
 

Fiat 500 Sport

Fiat 500 Sport
Les ventes de la Fiat tardent à décoller malgré le lancement d'une version mieux finie. Fiat tente de redonner un coup de pouce à l'image de la petite 500 auprès du public en proposant une troisième version à vocation sportive : la 500 Sport. Elle adopte un moteur amélioré et à la cylindrée augmentée. Extérieurement, la 500 Sport se reconnaît à sa robe exclusivement blanche avec des bandes latérales et des jantes rouges. Les premières 500 Sport sont dotée d'un toit entièrement métallique et nervuré. Elles adoptent ensuite le toit découvrable des autres 500. En 1959, celui-ci est remplacé par le nouveau demi-toit ouvrant en toile.
Production : 1958-1960
Caractéristiques : 2L - 499 cm³- 21,5 ch - 105 km/h
 
 

Fiat 500 Normale

Fiat 500 Normale
Trois mois après le lancement critiqué de la nouvelle Fiat 500, Fiat corrige le tir et propose une nouvelle version Normale mieux équipée : vitres descendantes, enjoliveurs de roues, baguettes latérales, cerclages de phares chromés, sélecteur de phares au volant, banquette arrière, revêtement des pédales en caoutchouc. La 500 Normale est proposée au même prix que la Nuova 500 d'origine. Le moteur est également amélioré et gagne 2 chevaux supplémentaires.
Production : 1957-1959
Caractéristiques : 2L - 479 cm³ - 15 ch - 90 km/h

Fiat Nuova 500

Fiat Nuova 500
Le 4 juillet 1957, à Turin, Fiat dévoile la Nuova 500. ce nouveau petit modèle a été conçu par Dante Giacosa et reprend la même architecture technique que la 600 avec un moteur disposé à l'arrière. Il s'agit d'un bicylindre refroidi par air et positionné verticalement. Les premières Fiat Nuova 500 sont d'une finition très dépouillée et ne dispose que de deux places avec un emplacement pour les bagages à l'arrière. Avec ce modèle économique, Fiat souhaite offrir une alternative aux scooters Vespa et Lambretta en vogue à l'époque en Italie. Cette première version de la petite 500 n'aura toutefois pas le succès escompté. Dès octobre 1957, Fiat va proposer une version mieux équipée de la 500, le modèle Economique conservant la finition dépouillée d'origine mais étant vendu à un prix diminué de 25.000 lires. La puissance du moteur est alors légèrement augmentée.
Production : 1957-1959
Caractéristiques : 2L - 479 cm³ - 13/15 ch - 85/90 km/h
 
 

Borgward Isabella TS de Luxe

Borgward Isabella TS de Luxe
En juillet 1957, Borgward lance une exécution de Luxe de la berline Isabella TS. Elle conserve la mécanique plus puissante de la TS mais s'en distingue par son équipement amélioré : entourage chromé des vitres latérales, double baguette chromée sur la ligne de caisse, sièges et contre porte garni en deux tons, tableau de bord gainé de simili-cuir, volant de couleur ivoire, éclairage du tableau de bord, etc.
Production : 1957-1961
Caractéristiques : 4L - 1493 cm³ - 75 ch - 148 km/h
 
 

Hillman Minx Estate

Hillman Minx Estate
En juin 1957, le groupe Rootes complète la gamme Minx avec une élégante version break à quatre portes. Le coffre arrière s'ouvre en deux parties. La banquette arrière peut être abaissée dégageant ainsi un plancher plat d'une charge utile de 320 kg. La mécanique est identique à celle de la berline.
Production : 1957
Caractéristiques : 4L - 1390 cm³ - 52 ch

Austin A50 Cambridge

Austin A50 Cambridge
En septembre 1954, Austin propose le nouveau modèle Cambridge. Aux côtés de la version A40 qui reprend le moteur 1,2 litres de la Somerset, Austin propose également l'A50 qui reçoit un nouveau moteur 1,5 litres série B. Une version Deluxe est proposée. Elle dispose d'un chauffage, de garnitures en cuir sur les sièges, de tapis de sol, d'accoudoirs sur les portes, d'un pare-soleil côté passager et de chromes supplémentaires. En option, l'A50 peut recevoir l'overdrive Borg-Warner ou une transmission semi-automatique. En octobre 1956, quelques retouches sont apportées dont l'adoption de plus petites roues (13 pouces).
Production : 1954-1957 (114.867 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1489 cm³ - 51 ch - 120 km/h



Morgan 4/4 Drophead Coupé

Morgan 4/4 Drophead Coupé
Le coupé découvrable Morgan 4/4 est lancé en 1938. Une première série est produite à 58 exemplaires avant la guerre. En 1946, Morgan relance ce modèle. La production d'après-guerre s'élève à 106 unités. La Morgan 4/4 DHC dispose d'une capote qui se manipule plus facilement, d'encadrements de vitre latérales fixes, d'un espace pour les bagages et de deux roues de secours. Les modèles d'avant-guerre sont équipés d'un moteur Coventry-Climax de 1,1 litres. En 1946, il est remplacé par un 1,2 litres spécialement réalisé par la Standard Motor Co.
Production : 1946-1950 (106 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1267 cm³ - 40 ch - 140 km/h

Peugeot 104

Peugeot 104
En septembre 1972, Peugeot dévoile un nouveau modèle aux dimensions réduites : la 104. La 104 est, à l'époque, la berline 4 portes la plus courte du monde avec ses 3,58 m de long. Avec ce modèle, Peugeot revient dans la catégorie des modèles de 5 CV qui ne figurait plus dans sa gamme depuis les années 1930. La 104 est d'un style anguleux à deux volumes mais ne dispose toutefois que d'une malle de coffre à ouverture classique. Le moteur est placé transversalement, incliné à 72°, ce qui permet de dégager une habitabilité intéressante malgré les dimensions réduites. La 104 dispose de quatre roues indépendantes. Pour le millésime 1973, quelques améliorations sont apportées portant notamment sur l'équipement. En octobre 1974, la gamme se dédouble en 104 L qui reprend la finition du modèle d'origine et la 104 GL à la finition améliorée. En septembre 1975, les 104 L et GL reçoivent de nouveaux feux arrière plus larges. Pour le millésime 1977, la 104 recevra enfin le hayon arrière qui lui faisait défaut depuis son lancement ...
Production : 1972-1976
Caractéristiques : 4L - 954 cm³ - 46 ch - 135 km/h


Ford Cortina 1600 XL

Ford Cortina 1600 XL
Le 23 octobre 1970, Ford lance la troisième génération de la Cortina. Ford souhaitant harmoniser la production de ses filiales européennes, la Cortina partage désormais la même plate-forme que la Taunus allemande. Elle ne s'en distingue que par quelques éléments de style et notamment la ligne de caisse en forme de "bouteille de coca-cola". Par rapport à la série précédente, la Cortina Mk III est de même longueur mais plus large (10 cm) tandis que l'empattement est allongé de 7,6 cm pour améliorer l'habitabilité. Quatre niveaux de finition sont proposés : base, L, XL, GT et GXL. Le modèle XL se distingue par ses jantes spécifiques mais conserve les phares simple de la L. Les moteurs sont les 1300 et 1600 type Kent repris de la série précédente.
Production : 1970-1973
Caractéristiques : 4L - 1599 cm³ - 68 ch - 147 km/h

Mercedes-Benz 220 SE

Mercedes-Benz 220 SE
En octobre 1958, Mercedes-Benz présente la 220 SE (W128), variante de la 220 S (W180 II) dotée d'un moteur alimenté par injection mécanique Bosch. La berline 220 SE est produite pendant un an seulement, jusqu'en octobre 1959, moment où elle est remplacée par la nouvelle série W111.
Production : 1958-1959 (1.974 ex.)
Caractéristiques : 6L - 2195 cm³ - 115 ch - 165 km/h

Mercedes-Benz 220 S

Mercedes-Benz 220 S
En mars 1956, la berline 220a est remplacée par la 220 S (W180 II). La 220 S reçoit une version remaniée du moteur 6 cylindres dont la puissance est augmentée de 15 chevaux (100 ch) grâce à deux carburateurs au lieu d'un seul sur la 220a. En septembre 1957, la puissance est encore augmentée de 6 chevaux. Extérieurement, la 220 S se distingue par un pare-chocs avant en une seule pièce au lieu de trois. Les baguettes chromées sur les flancs sont également redessinées. Une fine baguette chromée garnit les ailes et portes avant. En option, la 220 S peut recevoir une boîte automatique Hydrak. La 220 S est produite jusqu'en octobre 1959.
Production : 1956-1959 (55.279 ex.)
Caractéristiques : 6L - 2195 cm³ - 100 (106) ch - 160 km/h
 
 

Datsun 260 Z 2+2

Datsun 260 Z 2+2
Au Salon de Tokyo 1973, la Datsun 240 Z devient 260 Z en recevant un moteur à la cylindrée augmentée à 2,6 litres. Il est toujours alimenté par deux carburateurs Hitachi. Aux côtés du coupé deux places, Datsun propose désormais une version 2+2 à l'empattement allongé de 30 cm et dont le pavillon est rehaussé.
Production : 1973-1978 (80.369 ex. toutes 260 Z 2 pl. + 2+2)
Caractéristiques : 6L - 2565 cm³ - 150 ch - 205 km/h

Datsun 240 Z

Datsun 240 Z
La Datsun Fairlady Z (type S 30) est dévoilée au Salon de Tokyo 1969. Elle succède au roadster Fairlady (2000 Sports) mais est d'une conception différente. Il s'agit en effet d'un coupé et le moteur est un 6 cylindres en ligne. Les lignes de la Fairlady Z rappellent celles de la Jaguar E-Type avec un long capot et un arrière court. A l'exportation, la Fairlady Z est baptisée 240 Z. Elle est essentiellement destinée au marché américain mais elle est également commercialisée en Europe où Datsun la présente en première au Salon de Bruxelles 1970. Le moteur 2.4 litres en alliage léger est alimenté par deux carburateurs Hitachi. La 240 Z dispose de quatre roues indépendantes et de freins à disque à l'avant.
Production : 1969-1973 (156.076 ex.)
Caractéristiques : 6L - 2393 cm³ - 130 ch - 205 km/h

Simca 1100 Spécial

Simca 1100 Spécial
Apparue à l'été 1970 avec le moteur 1.2 litres du coupé 1200 S, la Simca 1100 Spécial reçoit un moteur à la cylindrée augmentée à 1,3 litres pour le millésime 1972. Si le moteur 1.2 litres était alimenté par deux carburateurs, le 1,3 litres ne possède qu'un seul carburateur double corps mais la cylindrée plus élevée permet de maintenir la puissance à 75 ch. La 1100 Spécial se distingue toujours des autres modèles par des sièges dotés d'appuie-têtes, des phares à iode encastrés dans la calandre et des jantes ajourées.
Production : 1971-1978
Caractéristiques : 4L - 1294 cm³ - 75 ch - 155 km/h
 
 

Mazda RX-4

Mazda RX-4
Dévoilée au Salon de Tokyo 1972, la Mazda Luce Rotary est commercialisée en Europe et aux Etats-Unis sous la dénomination RX-4 à partir de 1973. La RX-4 est la variante de la 929 équipée d'un moteur rotatif Wankel. Elle est disponible en berline 4 portes, coupé ou break. Pour 1976, elle bénéficie d'un lifting.
Production : 1972-1975
Caractéristiques : 2 rotors de 574 cm³ (équiv. 2292 cm³) - 120 ch - 170 km/h


Opel Kadett Caravan

Opel Kadett Caravan
En septembre 1967, Opel présente une variante du break Kadett dotée de cinq portes. Elle est disponible avec les moteurs 1100 ou 1700 en finition de base ou L. Cette dernière est équipée d'une galerie de toit.
Production : 1967-1973
Caractéristiques : 4L - 1078 cm³ - 45 ch - 125 km/h

Morris 1800

Morris 1800
En mars 1966, au Salon de Genève, la BMC présente une nouvelle version de la berline 1800 (ADO17) sous la marque Morris. Elle se différence de l'Austin 1800 apparue deux ans plus tôt, par une calandre à six barres horizontales et un tableau de bord garni en imitation bois.
Production : 1966-1968
Caractéristiques : 4L - 1798 cm³ - 81 ch - 146 km/h

Renault 8

Renault 8
En septembre 1967, pour le millésime 1968, la Renault 8 (type R1132) abandonne le moteur 950 d'origine pour le 1100 de l'ancienne R8 Major. C'est sous cette forme qu'elle poursuit sa carrière jusqu'en 1973. La boîte automatique est en option.
Production : 1967-1973
Caractéristiques : 4L - 1108 cm³ - 43 ch - 133 km/h
 
 

Volvo 122 S Cabriolet

Volvo 122 S Cabriolet
Au Salon de Bruxelles, en janvier 1963, le carrossier bruxellois Jacques Coune, présente un cabriolet réalisé à partir de la berline Volvo 122 S. La ligne générale a été conservée et Jacques Coune a juste enlevé le toit, modifié les portes ainsi que les feux arrière. Le  châssis est renforcé par deux structures métalliques. Une production en petite série était envisagée mais ne se concrétisera pas. Seuls quatre Volvo 122 S seront ainsi converties en cabriolet.
Production : 1963-1964 (4 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1780 cm³ - 80 ch - 160 km/h

Bitter Diplomat CD

Bitter Diplomat CD
Au Salon de Francfort 1969, Opel présente le prototype CD dérivé de la Diplomat. L'accueil favorable du public invite à produire ce coupé en petite série. Opel confie au carrossier italien Frua la réalisation d'une version adaptée à un usage routier. C'est à partir de ce modèle qu'Opel va confier ma réalisation de la CD au pilote et constructeur Erich Bitter. Ne disposant pas des infrastructures nécessaires, Erich Bitter fait fabriquer la carrosserie chez Baur à Stuttgart. Par rapport au prototype de Frua, la Bitter Diplomat CD se distingue par un arrière tronqué, de larges vitres latérales et une large calandre à l'avant. La Bitter Diplomat CD est dévoilée au Salon de Francfort en septembre 1973. Opel et Bitter envisagent alors d'en produire 200 pas an mais la crise pétrolière va mettre à mal cette ambition. La meilleure année de production sera 1974 avec seulement 99 exemplaires. La Bitter Diplomat CD reprenait le moteur V8 à carburateur quadruple corps de l'Opel Diplomat et la boîte Hydramatic. La boîte manuelle à 4 rapports de l'Admiral était également proposée en option.
Production : 1973-1979 (365 ex.)
Caractéristiques : V8 - 5354 cm³ - 230 ch - 220 km/h

Vauxhall Cresta

Vauxhall Cesta
Au Salon de Paris, en octobre 1954, Vauxhall dévoile les nouvelles Velox et Cresta. Elles gagnent en habitabilité et en volume et leur style est très largement inspiré par celui des modèles américains avec un pare-brise panoramique, une lunette arrière en trois parties avec des petites vitres triangulaires débordants sur les côtés, des ailerons sur les ailes arrière et de nombreux motifs chromés. La Cresta reçoit une peinture bicolore, plus de chromes, de larges enjoliveurs de roues, des pneus à flancs blancs et une sellerie en cuir. Le moteur est toujours le six cylindres de 2262 cm³ mais la puissance fait un bon en avant en passant de 68 à 84 ch. Elle permet à la grande Vauxhall d'atteindre la vitesse de pointe de 137 km/h. En mai 1959, la gamme est complétée par un break. celui-ci est réalisé par la carrossier Friary Motors. En août 1959, les Velox et Cresta sont retouchées. La calandre est agrandie, la lunette arrière est désormais en une seule pièce et les baguettes latérales sont plus discrètes. En octobre 1960, les modèles évoluent encore. Esthétiquement, il se distinguent par de nouveaux feux de position/clignotants avant et un tableau de bord revu avec des cadrans rectangulaires. Mais la nouveauté la plus importante se trouve sous le capot. La cylindrée du moteur est portée à 2651 cm³ pour une puissance de 96 ch. Désormais, la Vauxhall dépasse les 150 km/h en pointe. En option, une boîte automatique Hydra-Matic est disponible. Fin 1961, des disques de frein sont proposés en option à l'avant. La production des Velox et Cresta type PA est arrêtée en octobre 1962.
Production : 1957-1962 (173.759 Velox + Cresta)
Caractéristiques : 6L - 2262 (2651) cm³ - 84 (96) ch - 137 (150) km/h



Vauxhall Cresta

Vauxhall Cresta
Fin septembre 1964, la Vauxhall Cresta de deuxième série reçoit une nouvelle grille de calandre plus large en aluminium anodisée et une double sortie d'échappement. Sous le capot, le moteur gagne en cylindrée en passant à 3,2 litres. La boîte automatique est désormais la Powerglide à deux rapports. Les modèles de la série PB sont produits jusqu'en juillet 1965
Production : 1964-1965
Caractéristiques : 6L - 3294 cm³ - 130 ch
 
 

Vauxhall Cresta

Vauxhall Cresta
Au Salon de Londres 1962, Vauxhall présente ses nouveaux modèles Velox et Cresta. La carrosserie est remise au goût du jour dans un style plus sobre et gagne en volume ; empattement allongé de 6 cm. Le moteur 6 cylindres de 2651 cm³ est modifié : il reçoit des soupapes plus larges et un carburateur Zenith plus gros, ce qui permet de gagner en puissance (115 ch). Les freins à disque sont de série à l'avant. La transmission est assurée par une boîte trois rapports manuelle (4 rapports en option) ou par une boîte automatique Hydra-Matic à trois rapports. En octobre 1963, le carrossier Martin Walter en dérive une version break.
Production : 1962-1964
Caractéristiques : 6L - 2651 cm³ - 115 ch
 
 

Holden Torana

Holden Torana
En mars 1967, la filiale australienne de la General Motors complète sa gamme vers le bas avec le modèle Torana. Celui-ci est dérivé de la Vauxhall Viva dont il reprend la carrosserie et la mécanique. La Torana se distingue de la Viva par sa calandre et ses phares ronds. Les premiers modèles sont assemblés en partie à partir de pièces importées de Grande-Bretagne mais, à partir de septembre 1968 (série II), tous les éléments sont de fabrication locale. Le moteur est le 1200 de 56 ch. Trois niveaux de finition sont proposés : basic, S ou SL. Au début de l'année 1968, une version 70 plus puissante est lancée. La Torana 70 est équipée de freins à disque à l'avant. Au même moment, comme la Viva, la Torana est également disponible en version Brabham dotée d'un moteur à deux carburateurs. En septembre 1968, une berline 4 portes complète la gamme. La Torana HB est produite jusqu'en juillet 1969.
Production : 1967-1969 (36.561 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1159 cm³ - 56/69/79 ch


Vauxhall Brabham Viva

Vauxhall Brabham Viva
A l'image de la BMC avec Cooper et Ford avec Lotus, Vauxhall fait appel à un constructeur de Formule 1 pour proposer une version sportive de la Viva. C'est le champion du monde en titre, Jack Brabham qui est chargé de son développement. Le moteur est dopé par deux carburateurs horizontaux Stromberg et la puissance est augmentée de 10 ch. Extérieurement, la Brabham Viva, lancée en février 1967, se distingue par une flèche de couleur contrastée qui orne le capot avant, les ailes et les portes. 
Production : 1967-1968
Caractéristiques : 4L - 1159 cm³ - 79 ch - 150 km/h
 


Fiat 125 Special

Fiat 125 Special
Au Salon de Turin 1968, Fiat complète la gamme 125 avec un modèle Special à la finition améliorée. Le moteur gagne également en puissance et est accouplé à une boîte 5 vitesses. Extérieurement, la 125 Special se distingue du modèle de base par une baguette de ceinture de caisse abaissée en-dessous des poignées, des baguettes chromées autour des passages de roues et une grille de custode.
Production : 1968-1970 (1ère série)
Caractéristiques : 4L - 1608 cm³ - 100 ch - 170 km/h



Morris 1800 S

Morris 1800 S
Au Salon de Londres, en octobre 1968, la Morris 1800 est proposée dans une version S dotée d'un moteur plus puissant à deux carburateurs SU HS6. Grâce à ce moteur, les performances sont améliorées avec une vitesse de pointe à 160 km/h. Extérieurement, la 1800 S se reconnaît à une bande de couleur contrastée qui masque le pli de tôle sur les flancs. En 1972, la 1800 S est remplacée par la nouvelle 2200 à moteur 6 cylindres.
Production : 1968-1972 (Mk II et Mk III)
Caractéristiques : 4L - 1798 cm³ - 96 ch - 160 km/h



Ford Escort Sport

Ford Escort Sport
En septembre 1971, Ford ajoute un modèle Sport à la gamme Escort. L'Escort Sport reçoit le moteur 1300 à carburateur double corps de la GT. Elle s'en distingue par ses phares ronds, des pare-chocs avant en deux parties et des jantes plus larges (165 SR 13). Le panneau arrière est peint en noir mat. Comme la GT, la Sport est dotée de freins à disque à l'avant.
Production : 1971-1974
Caractéristiques : 4L - 1298 cm³ - 72 ch - 158 km/h

Mini 1275 GT

Mini 1275 GT
La Mini 1275 GT est la version sportive de la Mini Clubman présentée en octobre 1969. Elle remplace la Mini Cooper tandis que la Cooper S continue à être produite jusqu'en 1971. Par rapport à cette dernière, la Mini 1275 GT est moins puissante, son moteur 1300 n'étant alimenté que par un seul carburateur au lieu de deux. Extérieurement, la Mini 1275 GT se caractérise par des jantes Rostyle. Elle est équipée de disques de freins à l'avant.
Production : 1969-1980 (110.673 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1275 cm³ - 55 ch - 140 km/h

Mini Clubman

Mini Clubman
A l'aube des années 1970, la Mini bénéficie d'une modernisation due au styliste Roy Haynes. Ce nouveau modèle est dévoilé en octobre 1969 et est baptisé Clubman. La Mini Clubman est allongée de 11,5 cm par rapport au modèle classique et se caractérise par une face avant de forme rectangulaire avec une large calandre incorporant les phares. Les clignotants, ceux de l'Austin Maxi, sont placés sous le pare-chocs. Dans la gamme de la British Leyland, la Mini Clubman prend la succession des modèles de luxe Wolseley Hornet et Riley Elf.  Les premières Mini Clubman sont dotées du moteur 1000. En 1974, les modèles destinés à l'exportation reçoivent le moteur 1100. Les Clubman seront remplacées par l'Austin Metro en 1980 et ne survivront donc pas à la Mini classique.
Production : 1969-1980 (275.583 ex., berline uniquement)
Caractéristiques : 4L - 998 (1098) cm³ - 38,5 (45) ch - 117 (132) km/h


AC 428 Convertible

AC 428 Convertible
Au Salon de Londres, en octobre 1965, AC présente un nouveau modèle, la 428. Il s'agit d'un cabriolet habillé d'une élégante carrosserie dessinée par Pietro Frua dans un style proche de celui de la Maserati Mistral dont il est également l'auteur. Le châssis est dérivé de celui de la Cobra et allongé de 15 cm. Il est fabriqué chez AC puis expédié en Italie pour recevoir sa carrosserie. Le tout est ensuite renvoyé en Angleterre pour recevoir les éléments mécaniques. Ce mode de production induit un prix de vente élevé et une faible production. L'AC 428 est équipée du moteur V8 Ford de 7 litres. La production en série débute à la fin de l'année 1966.
Production : 1966-1973 (29 exemplaires)
Caractéristiques : V8 - 7016 cm³ - 345 ch - 245 km/h

Ford Executive

Ford Executive
En même temps que la nouvelle Zodiac Mark IV, Ford propose une variante mieux équipée : l'Executive. De série, elle est dotée d'une boîte automatique (manuelle en option), d'une  direction assistée, d'un toit ouvrant, de phares antibrouillard, de sièges avant couchette, d'un tableau de bord garni de ronce de noyer, de ceintures de sécurité à l'avant, d'une radio et d'une instrumentation complète.  
Production : 1966-1972
Caractéristiques : V6 - 2994 cm³ - 128 ch - 166 km/h
 
 

Volvo 142

Volvo 142
Dix mois après son lancement, la Volvo 144 est déclinée dans une version à deux portes, baptisée 142. Les caractéristiques techniques de la 142 sont identiques à celles de la 144. La carrosserie est toutefois rigidifiée et la banquette arrière plus large. Les portes sont allongées de 12 cm pour faciliter l'accès aux places arrière.
Production : 1967-1968
Caractéristiques : 4L - 1778 cm³ - 75/100 ch - 155/165 km/h




VW-Porsche 914/6

VW-Porsche 914/6
A la fin des années 1960, Volkswagen et Porsche s'associent et crée la VW-Porsche GmbH. Cette société aura pour vocation de proposer un nouveau modèle sportif devant à la fois prendre la relève de la vieillissante Volkswagen Karmann-Ghia et de la Porsche 912. Avec ce nouveau modèle, baptisé 914, Porsche souhaite proposer une alternative bon marché à la 911 destinée essentiellement à un public jeune.  Lors de son lancement en septembre 1969, la VW-Porsche 914 est disponible soit avec le moteur 4 cylindres de la VW 411, soit avec un 6 cylindres Porsche 2 litres dérivé de celui de la 911 T, la 914-6. La carrosserie de la 914-6 est assemblée chez Karmann et livrée ensuite chez Porsche où la mécanique et les trains roulants sont montés. Le style de la 914 présente un profil presque symétrique, avec des phares rétractables à l'avant et des capots lisses. Le toit rigide est amovible comme sur la 911 Targa. Le moteur est en position centrale arrière. La VW est dès lors une stricte deux places. Avec un prix trop proche de celui de la 911 T, la 914/6 n'aura pas le succès escompté et elle se retire dès juillet 1972 pour laisser la place à une nouvelle version 2.0 à moteur VW.
Production : 1969-1972 (3.332 ex.)
Caractéristiques : 6H - 1991 cm³ - 110 ch - 207 km/h

Ford Lotus Cortina Mk II

Ford Lotus Cortina Mk II
Au Salon de Genève, en mars 1967, Ford présente la nouvelle génération de la Lotus Cortina. Elle se distingue des autres Cortina par une calandre noir mat, des jantes larges, les logos Lotus sur les ailes et le panneau arrière, des bandes vertes sur les flancs. La Lotus Cortina est toutefois également livrable dans les autres teintes, plus discrètes, de la gamme. Sous le capot, nous retrouvons le moteur 1.6 litres à deux arbres à cames en tête et deux carburateurs double corps développé par Lotus et Cosworth.
Production : 1967-1970 (4.093 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1558 cm³ - 117 ch (SAE) - 174 km/h
 
 

Jaguar 3.4-Litre

Jaguar 3.4-Litre
En février 1957, Jaguar propose une variante de sa berline équipée du moteur 3.4 litres de 210 ch. Elle se distingue de la 2.4 litres par sa calandre plus large pour améliorer le refroidissement et ses couvres roues arrière avec échancrure, permettant le montage de roues à rayons (en option). En option également, la 3.4 litres peut recevoir quatre freins à disque Dunlop.
Production : 1957-1959 (17.405 ex.)
Caractéristiques : 6L - 3442 cm³ - 210 ch

Renault 30 TS

Renault 30 TS
Annoncée en février 1975 et dévoilée au Salon de Genève un mois plus tard, la Renault 30 TS est le nouveau modèle haut de gamme de la Régie Renault. Elle est présentée en même temps que sa principale concurrente, la Peugeot 604 dotée du même moteur. Celui-ci est le V6 de 2.7 litres à deux carburateurs développé par Peugeot, Renault et Volvo (PRV). La transmission est assurée par une boîte manuelle à quatre rapport ou une boîte automatique à trois rapports. La suspension est à quatre roues indépendantes. La Renault 30 se caractérise par sa carrosserie bicorps avec hayon. Elle a été dessinée par Gaston Juchet. L'équipement de série comprend notamment un verrouillage centralisé et des vitres électriques.
Production : 1975-1981 (136.403 ex., toutes Renault 30 1975-1983)
Caractéristiques : V6 - 2664 cm³ - 131 ch - 185 km/h

Fiat 130 Coupé

Fiat 130 Coupé
Présenté au Salon de Genève en mars 1971, le coupé Fiat 130 reçoit une toute nouvelle carrosserie deux portes. Son style classique et élégant est dû à Paolo Martin (Pininfarina). Paolo Martin a également conçu le style de l'intérieur et notamment celui des siège avec Giovanni Gottin. L'équipement comprend une colonne de direction et un siège conducteur ajustables. Sur le coupé, le moteur est porté de 2,8 à 3,2 litres de cylindrée par augmentation de l'alésage. La boîte de vitesses est une ZF manuelle à cinq rapports. La boîte automatique Borg-Warner est en option. Le coupé Fiat 130 n'obtiendra pas le succès commercial attendu. Une question d'image sans doute, Fiat demeurant un constructeur de voitures populaire.
A partir du coupé, Pininfarina extrapole un break (Maremma) en 1974 et une berline quatre portes (Opéra) en 1975 mais ces deux versions n'auront pas de suite commerciale. 
Production : 1971-1977 (4.491 ex.)
Caractéristiques : V6 - 3238 cm³ - 165 ch - 195 km/h