Simca 1100 Spécial

Simca 1100 Spécial
Apparue à l'été 1970 avec le moteur 1.2 litres du coupé 1200 S, la Simca 1100 Spécial reçoit un moteur à la cylindrée augmentée à 1,3 litres pour le millésime 1972. Si le moteur 1.2 litres était alimenté par deux carburateurs, le 1,3 litres ne possède qu'un seul carburateur double corps mais la cylindrée plus élevée permet de maintenir la puissance à 75 ch. La 1100 Spécial se distingue toujours des autres modèles par des sièges dotés d'appuie-têtes, des phares à iode encastrés dans la calandre et des jantes ajourées.
Production : 1971-1978
Caractéristiques : 4L - 1294 cm³ - 75 ch - 155 km/h
 
 

Mazda RX-4

Mazda RX-4
Dévoilée au Salon de Tokyo 1972, la Mazda Luce Rotary est commercialisée en Europe et aux Etats-Unis sous la dénomination RX-4 à partir de 1973. La RX-4 est la variante de la 929 équipée d'un moteur rotatif Wankel. Elle est disponible en berline 4 portes, coupé ou break. Pour 1976, elle bénéficie d'un lifting.
Production : 1972-1975
Caractéristiques : 2 rotors de 574 cm³ (équiv. 2292 cm³) - 120 ch - 170 km/h


Opel Kadett Caravan

Opel Kadett Caravan
En septembre 1967, Opel présente une variante du break Kadett dotée de cinq portes. Elle est disponible avec les moteurs 1100 ou 1700 en finition de base ou L. Cette dernière est équipée d'une galerie de toit.
Production : 1967-1973
Caractéristiques : 4L - 1078 cm³ - 45 ch - 125 km/h

Morris 1800

Morris 1800
En mars 1966, au Salon de Genève, la BMC présente une nouvelle version de la berline 1800 (ADO17) sous la marque Morris. Elle se différence de l'Austin 1800 apparue deux ans plus tôt, par une calandre à six barres horizontales et un tableau de bord garni en imitation bois.
Production : 1966-1968
Caractéristiques : 4L - 1798 cm³ - 81 ch - 146 km/h

Renault 8

Renault 8
En septembre 1967, pour le millésime 1968, la Renault 8 (type R1132) abandonne le moteur 950 d'origine pour le 1100 de l'ancienne R8 Major. C'est sous cette forme qu'elle poursuit sa carrière jusqu'en 1973. La boîte automatique est en option.
Production : 1967-1973
Caractéristiques : 4L - 1108 cm³ - 43 ch - 133 km/h
 
 

Volvo 122 S Cabriolet

Volvo 122 S Cabriolet
Au Salon de Bruxelles, en janvier 1963, le carrossier bruxellois Jacques Coune, présente un cabriolet réalisé à partir de la berline Volvo 122 S. La ligne générale a été conservée et Jacques Coune a juste enlevé le toit, modifié les portes ainsi que les feux arrière. Le  châssis est renforcé par deux structures métalliques. Une production en petite série était envisagée mais ne se concrétisera pas. Seuls quatre Volvo 122 S seront ainsi converties en cabriolet.
Production : 1963-1964 (4 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1780 cm³ - 80 ch - 160 km/h

Bitter Diplomat CD

Bitter Diplomat CD
Au Salon de Francfort 1969, Opel présente le prototype CD dérivé de la Diplomat. L'accueil favorable du public invite à produire ce coupé en petite série. Opel confie au carrossier italien Frua la réalisation d'une version adaptée à un usage routier. C'est à partir de ce modèle qu'Opel va confier ma réalisation de la CD au pilote et constructeur Erich Bitter. Ne disposant pas des infrastructures nécessaires, Erich Bitter fait fabriquer la carrosserie chez Baur à Stuttgart. Par rapport au prototype de Frua, la Bitter Diplomat CD se distingue par un arrière tronqué, de larges vitres latérales et une large calandre à l'avant. La Bitter Diplomat CD est dévoilée au Salon de Francfort en septembre 1973. Opel et Bitter envisagent alors d'en produire 200 pas an mais la crise pétrolière va mettre à mal cette ambition. La meilleure année de production sera 1974 avec seulement 99 exemplaires. La Bitter Diplomat CD reprenait le moteur V8 à carburateur quadruple corps de l'Opel Diplomat et la boîte Hydramatic. La boîte manuelle à 4 rapports de l'Admiral était également proposée en option.
Production : 1973-1979 (365 ex.)
Caractéristiques : V8 - 5354 cm³ - 230 ch - 220 km/h

Vauxhall Cresta

Vauxhall Cesta
Au Salon de Paris, en octobre 1954, Vauxhall dévoile les nouvelles Velox et Cresta. Elles gagnent en habitabilité et en volume et leur style est très largement inspiré par celui des modèles américains avec un pare-brise panoramique, une lunette arrière en trois parties avec des petites vitres triangulaires débordants sur les côtés, des ailerons sur les ailes arrière et de nombreux motifs chromés. La Cresta reçoit une peinture bicolore, plus de chromes, de larges enjoliveurs de roues, des pneus à flancs blancs et une sellerie en cuir. Le moteur est toujours le six cylindres de 2262 cm³ mais la puissance fait un bon en avant en passant de 68 à 84 ch. Elle permet à la grande Vauxhall d'atteindre la vitesse de pointe de 137 km/h. En mai 1959, la gamme est complétée par un break. celui-ci est réalisé par la carrossier Friary Motors. En août 1959, les Velox et Cresta sont retouchées. La calandre est agrandie, la lunette arrière est désormais en une seule pièce et les baguettes latérales sont plus discrètes. En octobre 1960, les modèles évoluent encore. Esthétiquement, il se distinguent par de nouveaux feux de position/clignotants avant et un tableau de bord revu avec des cadrans rectangulaires. Mais la nouveauté la plus importante se trouve sous le capot. La cylindrée du moteur est portée à 2651 cm³ pour une puissance de 96 ch. Désormais, la Vauxhall dépasse les 150 km/h en pointe. En option, une boîte automatique Hydra-Matic est disponible. Fin 1961, des disques de frein sont proposés en option à l'avant. La production des Velox et Cresta type PA est arrêtée en octobre 1962.
Production : 1957-1962 (173.759 Velox + Cresta)
Caractéristiques : 6L - 2262 (2651) cm³ - 84 (96) ch - 137 (150) km/h



Vauxhall Cresta

Vauxhall Cresta
Fin septembre 1964, la Vauxhall Cresta de deuxième série reçoit une nouvelle grille de calandre plus large en aluminium anodisée et une double sortie d'échappement. Sous le capot, le moteur gagne en cylindrée en passant à 3,2 litres. La boîte automatique est désormais la Powerglide à deux rapports. Les modèles de la série PB sont produits jusqu'en juillet 1965
Production : 1964-1965
Caractéristiques : 6L - 3294 cm³ - 130 ch
 
 

Vauxhall Cresta

Vauxhall Cresta
Au Salon de Londres 1962, Vauxhall présente ses nouveaux modèles Velox et Cresta. La carrosserie est remise au goût du jour dans un style plus sobre et gagne en volume ; empattement allongé de 6 cm. Le moteur 6 cylindres de 2651 cm³ est modifié : il reçoit des soupapes plus larges et un carburateur Zenith plus gros, ce qui permet de gagner en puissance (115 ch). Les freins à disque sont de série à l'avant. La transmission est assurée par une boîte trois rapports manuelle (4 rapports en option) ou par une boîte automatique Hydra-Matic à trois rapports. En octobre 1963, le carrossier Martin Walter en dérive une version break.
Production : 1962-1964
Caractéristiques : 6L - 2651 cm³ - 115 ch
 
 

Holden Torana

Holden Torana
En mars 1967, la filiale australienne de la General Motors complète sa gamme vers le bas avec le modèle Torana. Celui-ci est dérivé de la Vauxhall Viva dont il reprend la carrosserie et la mécanique. La Torana se distingue de la Viva par sa calandre et ses phares ronds. Les premiers modèles sont assemblés en partie à partir de pièces importées de Grande-Bretagne mais, à partir de septembre 1968 (série II), tous les éléments sont de fabrication locale. Le moteur est le 1200 de 56 ch. Trois niveaux de finition sont proposés : basic, S ou SL. Au début de l'année 1968, une version 70 plus puissante est lancée. La Torana 70 est équipée de freins à disque à l'avant. Au même moment, comme la Viva, la Torana est également disponible en version Brabham dotée d'un moteur à deux carburateurs. En septembre 1968, une berline 4 portes complète la gamme. La Torana HB est produite jusqu'en juillet 1969.
Production : 1967-1969 (36.561 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1159 cm³ - 56/69/79 ch


Vauxhall Brabham Viva

Vauxhall Brabham Viva
A l'image de la BMC avec Cooper et Ford avec Lotus, Vauxhall fait appel à un constructeur de Formule 1 pour proposer une version sportive de la Viva. C'est le champion du monde en titre, Jack Brabham qui est chargé de son développement. Le moteur est dopé par deux carburateurs horizontaux Stromberg et la puissance est augmentée de 10 ch. Extérieurement, la Brabham Viva, lancée en février 1967, se distingue par une flèche de couleur contrastée qui orne le capot avant, les ailes et les portes. 
Production : 1967-1968
Caractéristiques : 4L - 1159 cm³ - 79 ch - 150 km/h
 


Fiat 125 Special

Fiat 125 Special
Au Salon de Turin 1968, Fiat complète la gamme 125 avec un modèle Special à la finition améliorée. Le moteur gagne également en puissance et est accouplé à une boîte 5 vitesses. Extérieurement, la 125 Special se distingue du modèle de base par une baguette de ceinture de caisse abaissée en-dessous des poignées, des baguettes chromées autour des passages de roues et une grille de custode.
Production : 1968-1970 (1ère série)
Caractéristiques : 4L - 1608 cm³ - 100 ch - 170 km/h



Morris 1800 S

Morris 1800 S
Au Salon de Londres, en octobre 1968, la Morris 1800 est proposée dans une version S dotée d'un moteur plus puissant à deux carburateurs SU HS6. Grâce à ce moteur, les performances sont améliorées avec une vitesse de pointe à 160 km/h. Extérieurement, la 1800 S se reconnaît à une bande de couleur contrastée qui masque le pli de tôle sur les flancs. En 1972, la 1800 S est remplacée par la nouvelle 2200 à moteur 6 cylindres.
Production : 1968-1972 (Mk II et Mk III)
Caractéristiques : 4L - 1798 cm³ - 96 ch - 160 km/h



Ford Escort Sport

Ford Escort Sport
En septembre 1971, Ford ajoute un modèle Sport à la gamme Escort. L'Escort Sport reçoit le moteur 1300 à carburateur double corps de la GT. Elle s'en distingue par ses phares ronds, des pare-chocs avant en deux parties et des jantes plus larges (165 SR 13). Le panneau arrière est peint en noir mat. Comme la GT, la Sport est dotée de freins à disque à l'avant.
Production : 1971-1974
Caractéristiques : 4L - 1298 cm³ - 72 ch - 158 km/h

Mini 1275 GT

Mini 1275 GT
La Mini 1275 GT est la version sportive de la Mini Clubman présentée en octobre 1969. Elle remplace la Mini Cooper tandis que la Cooper S continue à être produite jusqu'en 1971. Par rapport à cette dernière, la Mini 1275 GT est moins puissante, son moteur 1300 n'étant alimenté que par un seul carburateur au lieu de deux. Extérieurement, la Mini 1275 GT se caractérise par des jantes Rostyle. Elle est équipée de disques de freins à l'avant.
Production : 1969-1980 (110.673 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1275 cm³ - 55 ch - 140 km/h

Mini Clubman

Mini Clubman
A l'aube des années 1970, la Mini bénéficie d'une modernisation due au styliste Roy Haynes. Ce nouveau modèle est dévoilé en octobre 1969 et est baptisé Clubman. La Mini Clubman est allongée de 11,5 cm par rapport au modèle classique et se caractérise par une face avant de forme rectangulaire avec une large calandre incorporant les phares. Les clignotants, ceux de l'Austin Maxi, sont placés sous le pare-chocs. Dans la gamme de la British Leyland, la Mini Clubman prend la succession des modèles de luxe Wolseley Hornet et Riley Elf.  Les premières Mini Clubman sont dotées du moteur 1000. En 1974, les modèles destinés à l'exportation reçoivent le moteur 1100. Les Clubman seront remplacées par l'Austin Metro en 1980 et ne survivront donc pas à la Mini classique.
Production : 1969-1980 (275.583 ex., berline uniquement)
Caractéristiques : 4L - 998 (1098) cm³ - 38,5 (45) ch - 117 (132) km/h


AC 428 Convertible

AC 428 Convertible
Au Salon de Londres, en octobre 1965, AC présente un nouveau modèle, la 428. Il s'agit d'un cabriolet habillé d'une élégante carrosserie dessinée par Pietro Frua dans un style proche de celui de la Maserati Mistral dont il est également l'auteur. Le châssis est dérivé de celui de la Cobra et allongé de 15 cm. Il est fabriqué chez AC puis expédié en Italie pour recevoir sa carrosserie. Le tout est ensuite renvoyé en Angleterre pour recevoir les éléments mécaniques. Ce mode de production induit un prix de vente élevé et une faible production. L'AC 428 est équipée du moteur V8 Ford de 7 litres. La production en série débute à la fin de l'année 1966.
Production : 1966-1973 (29 exemplaires)
Caractéristiques : V8 - 7016 cm³ - 345 ch - 245 km/h

Ford Executive

Ford Executive
En même temps que la nouvelle Zodiac Mark IV, Ford propose une variante mieux équipée : l'Executive. De série, elle est dotée d'une boîte automatique (manuelle en option), d'une  direction assistée, d'un toit ouvrant, de phares antibrouillard, de sièges avant couchette, d'un tableau de bord garni de ronce de noyer, de ceintures de sécurité à l'avant, d'une radio et d'une instrumentation complète.  
Production : 1966-1972
Caractéristiques : V6 - 2994 cm³ - 128 ch - 166 km/h
 
 

Volvo 142

Volvo 142
Dix mois après son lancement, la Volvo 144 est déclinée dans une version à deux portes, baptisée 142. Les caractéristiques techniques de la 142 sont identiques à celles de la 144. La carrosserie est toutefois rigidifiée et la banquette arrière plus large. Les portes sont allongées de 12 cm pour faciliter l'accès aux places arrière.
Production : 1967-1968
Caractéristiques : 4L - 1778 cm³ - 75/100 ch - 155/165 km/h




VW-Porsche 914/6

VW-Porsche 914/6
A la fin des années 1960, Volkswagen et Porsche s'associent et crée la VW-Porsche GmbH. Cette société aura pour vocation de proposer un nouveau modèle sportif devant à la fois prendre la relève de la vieillissante Volkswagen Karmann-Ghia et de la Porsche 912. Avec ce nouveau modèle, baptisé 914, Porsche souhaite proposer une alternative bon marché à la 911 destinée essentiellement à un public jeune.  Lors de son lancement en septembre 1969, la VW-Porsche 914 est disponible soit avec le moteur 4 cylindres de la VW 411, soit avec un 6 cylindres Porsche 2 litres dérivé de celui de la 911 T, la 914-6. La carrosserie de la 914-6 est assemblée chez Karmann et livrée ensuite chez Porsche où la mécanique et les trains roulants sont montés. Le style de la 914 présente un profil presque symétrique, avec des phares rétractables à l'avant et des capots lisses. Le toit rigide est amovible comme sur la 911 Targa. Le moteur est en position centrale arrière. La VW est dès lors une stricte deux places. Avec un prix trop proche de celui de la 911 T, la 914/6 n'aura pas le succès escompté et elle se retire dès juillet 1972 pour laisser la place à une nouvelle version 2.0 à moteur VW.
Production : 1969-1972 (3.332 ex.)
Caractéristiques : 6H - 1991 cm³ - 110 ch - 207 km/h

Ford Lotus Cortina Mk II

Ford Lotus Cortina Mk II
Au Salon de Genève, en mars 1967, Ford présente la nouvelle génération de la Lotus Cortina. Elle se distingue des autres Cortina par une calandre noir mat, des jantes larges, les logos Lotus sur les ailes et le panneau arrière, des bandes vertes sur les flancs. La Lotus Cortina est toutefois également livrable dans les autres teintes, plus discrètes, de la gamme. Sous le capot, nous retrouvons le moteur 1.6 litres à deux arbres à cames en tête et deux carburateurs double corps développé par Lotus et Cosworth.
Production : 1967-1970 (4.093 ex.)
Caractéristiques : 4L - 1558 cm³ - 117 ch (SAE) - 174 km/h
 
 

Jaguar 3.4-Litre

Jaguar 3.4-Litre
En février 1957, Jaguar propose une variante de sa berline équipée du moteur 3.4 litres de 210 ch. Elle se distingue de la 2.4 litres par sa calandre plus large pour améliorer le refroidissement et ses couvres roues arrière avec échancrure, permettant le montage de roues à rayons (en option). En option également, la 3.4 litres peut recevoir quatre freins à disque Dunlop.
Production : 1957-1959 (17.405 ex.)
Caractéristiques : 6L - 3442 cm³ - 210 ch

Renault 30 TS

Renault 30 TS
Annoncée en février 1975 et dévoilée au Salon de Genève un mois plus tard, la Renault 30 TS est le nouveau modèle haut de gamme de la Régie Renault. Elle est présentée en même temps que sa principale concurrente, la Peugeot 604 dotée du même moteur. Celui-ci est le V6 de 2.7 litres à deux carburateurs développé par Peugeot, Renault et Volvo (PRV). La transmission est assurée par une boîte manuelle à quatre rapport ou une boîte automatique à trois rapports. La suspension est à quatre roues indépendantes. La Renault 30 se caractérise par sa carrosserie bicorps avec hayon. Elle a été dessinée par Gaston Juchet. L'équipement de série comprend notamment un verrouillage centralisé et des vitres électriques.
Production : 1975-1981 (136.403 ex., toutes Renault 30 1975-1983)
Caractéristiques : V6 - 2664 cm³ - 131 ch - 185 km/h

Fiat 130 Coupé

Fiat 130 Coupé
Présenté au Salon de Genève en mars 1971, le coupé Fiat 130 reçoit une toute nouvelle carrosserie deux portes. Son style classique et élégant est dû à Paolo Martin (Pininfarina). Paolo Martin a également conçu le style de l'intérieur et notamment celui des siège avec Giovanni Gottin. L'équipement comprend une colonne de direction et un siège conducteur ajustables. Sur le coupé, le moteur est porté de 2,8 à 3,2 litres de cylindrée par augmentation de l'alésage. La boîte de vitesses est une ZF manuelle à cinq rapports. La boîte automatique Borg-Warner est en option. Le coupé Fiat 130 n'obtiendra pas le succès commercial attendu. Une question d'image sans doute, Fiat demeurant un constructeur de voitures populaire.
A partir du coupé, Pininfarina extrapole un break (Maremma) en 1974 et une berline quatre portes (Opéra) en 1975 mais ces deux versions n'auront pas de suite commerciale. 
Production : 1971-1977 (4.491 ex.)
Caractéristiques : V6 - 3238 cm³ - 165 ch - 195 km/h

De Tomaso Longchamp

De Tomaso Longchamp
Au début des années 1970, Alejandro de Tomaso décide de créer une gamme de modèles et, après la berline de luxe Deauville, il dévoile, en novembre 1972, le coupé 2+2 Longchamp qui doit concurrencer la Mercedes-Benz 350 SL. C'est Tom Tjaarda qui est chargé de dessiner ce nouveau modèle. Les lignes classiques et tendues évoquent à la fois celles de la Mercedes et celles du prototype Ghia Marica dessiné par  le même Tom Tjaarda en 1969. L'habitacle offre une habitabilité raisonnable et l'équipement est luxueux : climatisation, volant Nardi, sellerie en cuir. Le moteur est le V8 Ford 5.7 litres qui équipe déjà la Deauville. La transmission est assurée soit par une boîte manuelle ZF 5 rapports, soit par la boîte automatique Ford Cruise-O-Matic. Le châssis est celui de la Deauville mais à l'empattement raccourci. Les quatre roues sont indépendantes.
Production : 1972-1989 (409 dont 14 cabriolets)
Caractéristiques : V8 - 5763 cm³ - 300 ch - 240 km/h
 
 

MGB GT

MGB GT
Pour le millésime 1970, la MGB reçoit une nouvelle calandre en aluminium peinte en noir. Elle la conservera durant trois ans avant de retrouver une calandre au format d'origine. Le modèle 1971 reçoit de nouveaux sièges inclinables et un pare-chocs arrière en deux parties laissant place, au centre, à la plaque d'immatriculation.
Production : 1969-1972 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1798 cm³ - 96 ch - 173 km/h

Sunbeam Vogue Estate

Sunbeam Vogue Estate
En avril 1967, Rootes propose une version break de la Singer Vogue (Sunbeam à l'exportation). Le break Vogue se distingue par son équipement plus riche déjà vu sur la berline : sièges avant inclinables, phares rectangulaires, motif central sur la calandre. Le break est équipé de plus gros ressorts à l'arrière et de pneus de 6 pouces au lieu de 5,6 sur la berline. La partie arrière est équipée d'un large hayon et est allongée de 3,5 cm (longueur totale : 433,7 cm). Une fois le dossier de la banquette arrière rabattu, le volume de charge est de 1,7 m³. La roue de secours est placée sous la surface de chargement.
Production : 1967-1970 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1725 cm³ - 74 ch - 140 km/h 
 
 

Triumph Stag

Triumph Stag
Avec la Stag, présenté le 9 juin 1970, Triumph propose un nouveau modèle haut de gamme qui vise notamment à concurrencer la Mercedes-Benz 280 SL. La Stag est un coupé-cabriolet à quatre places doté d'un arceau en T pour répondre aux normes de sécurité américaines. Un hardtop est proposé en option. Le style de la carrosserie est dû à Giovanni Michelotti. Le moteur de la Stag est un V8 de 3 litres alimenté par deux carburateurs Zenith-Stromberg. Initialement, Triumph envisageait de le doter de l'injection mécanique Lucas mais les carburateurs ont été préférés pour pouvoir répondre aux règles d'émission aux Etats-Unis. La Stag dispose de quatre roues indépendantes, de disques de frein à l'avant et d'une direction assistée. La plupart des Stag furent équipées d'une boîte automatique 3 rapports Borg-Warner. La boîte manuelle 4 vitesses était toutefois également proposée.
Production : 1970-1977 (25.939 ex.)
Caractéristiques : V8 - 2997 cm³ - 145 ch - 190 km/h
 
 

Austin Mini Cooper S Mk II

Austin Mini Cooper S Mk II
Comme les modèles de base, les Austin Mini Cooper et Cooper S reçoivent une nouvelle calandre et de grand feux arrière en octobre 1967.
Production : 1967-1969 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1275 cm³ - 77 ch - 157 km/h
 
 

Daimler Double-Six

Daimler Double-Six
La Daimler Double-Six, présenté en juillet 1972, est une exécution luxueuse et raffinée de la Jaguar XJ 12. Elle reprend une dénomination des années 1920/30. En septembre 1972, Daimler propose une version à empattement allongé de 10 cm. Elle est baptisée Vanden Plas et se distingue par son toit garni de vinyle noir. Comme sur la Jaguar, le moteur est le V12 de 5.3 litres développant 269 ch et accouplé à une boîte automatique 3 rapports Borg-Warner. les Double Six de la première série ne sont fabriquées que durant quelques mois avant l'arrivée de la série II en 1973.
Production : 1972-1973 (534 ex. + 351 LWB)
Caractéristiques : V12 - 5343 cm³ - 269 ch - 225 km/h
 
 

DKW Junior de Luxe

DKW Junior de Luxe
En septembre 1961, au Salon de Francfort, la gamme DKW Junior est complétée par une version de Luxe. La cylindrée du moteur est augmentée de 750 à 800 cm³ par augmentation de l'alésage. La puissance demeure toutefois inchangée (34 ch) mais le couple est amélioré. La Junior de Luxe se distingue aussi par des jantes de 13 pouces au lieu de 12, des déflecteurs aux vitres latérales avant, des phares plus en saillie et un traitement de la calandre et des clignotants avant différent. La Junior de luxe cède la place à la DKW F12 en janvier 1963.
Production : 1961-1963 (- ex.)
Caractéristiques : 3L - 796 cm³ - 34 ch - 120 km/h
 
 

Ford Taunus 12M

Ford Taunus 12M
En septembre 1966, Ford Cologne présente les nouveaux modèles Taunus 12M et 15M (P6) qui succèdent à la 12M (P4). Les nouvelles Taunus conservent l'empattement et la traction avant de la génération précédente mais se distinguent par une nouvelle carrosserie plus spacieuse et aux lignes modernisées. L'essieu avant est de type McPherson. La Taunus 12M se caractérise par des phares ronds et des feux arrière en forme de goutte.  La 12M est équipée du moteur V4 dont la cylindrée est portée de 1.2 à 1.3 litres. En septembre 1967, la dénomination "Taunus" est abandonnée et le modèle est simplement nommé 12M. En septembre 1968, quelques retouches sont apportées. La Taunus P6 n'obtiendra pas le succès commercial escompté étant largement devancée par sa principale rivale, l'Opel Kadett. Fin 1970, elle est remplacée par une nouvelle Taunus de conception plus conventionnelle.
Production : 1966-1970 (668.187 ex. 12M + 15M)
Caractéristiques : V4 - 1305 cm³ - 50 ch - 130 km/h 
 

BMW 700

BMW 700
Avec la 700 présentée en septembre 1959 au Salon de Francfort, BMW propose une nouvelle petite voiture qui se démarque des microvoitures Isetta et 600. Imaginée par Wolfgang Denzel et dessinée par Giovanni Michelotti, la 700 a en effet l'allure d'une vraie voiture. La BMW 700 est dotée d'un moteur bicylindre à plat refroidi par air et monté à l'arrière. Il est dérivé du moteur de la moto R51/3 et développe 30 ch. La suspension de la BMW 700 est à quatre roues indépendantes. Au Salon de Francfort, seule la version Coupé est dévoilée. Une berline la rejoint dès décembre 1959. Elle est proposée en version de base ou de luxe et la peinture deux tons et le toit ouvrant en toile sont en option. La BMW 700 va permettre à la marque munichoise en difficulté de se redresser en attendant l'arrivée de la 1500 deux ans plus tard. En 1962, la berline est remplacée par le modèle LS à l'empattement allongé.
Production : 1959-1962
Caractéristiques : 2H - 697 cm³ - 30 ch - 120 km/h
 

Citroën CX 2000

Citroën CX 2000
A la fin des années 1960, Citroën entame l’étude du projet L destiné à remplacer la DS. Avec ce nouveau modèle, Citroën compte bien réitérer le coup de la DS avec une technologie de pointe. Le projet est d’équiper le futur modèle haut de gamme d’un moteur Wankel à trois rotors aux côtés du 4 cylindres issu de la DS. Mais la crise pétrolière de 1973 aura raison de cet ambitieux projet et le moteur Wankel, pénalisé par sa consommation, est abandonné. La nouvelle Citroën devra donc se contenter du 4 cylindres en ligne. Entretemps, en difficultés financières, Citroën est racheté par Peugeot.
La présentation du nouveau modèle, baptisé CX, a lieu le 28 août 1974. Deux versions sont proposées : la CX 2000 qui reprend le moteur 2 litres de la DS 20 (102 ch) et la CX 2200 dotée du 2.2 litres de la DSuper 5 (112 ch). La CX est incontestablement une réussite esthétique. Elle offre une excellente visibilité et le confort de la suspension hydropneumatique. Le style de la CX est signé Robert Orpon et s’inspire du prototype BMC 1800 de Pininfarina, s’inscrivant ainsi  dans la lignée de la GS. Malgré la forme bicorps, la CX dispose toutefois d’un coffre classique sans hayon. Le moteur est positionné transversalement et penché vers l’avant. Il prend ainsi moins d’espace et permet de dégager plus d’espace intérieur bien que la CX soit plus courte que la DS. Une autre nouveauté concerne le train avant fixé à la caisse par des liaisons élastiques augmentant le confort de marche et diminuant les vibrations. Les CX disposent également de quatre freins à disque.
Production : 1974-1979 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1985 cm³ - 102 ch - 174 km/h

Renault 6 TL

Renault 6 TL
En septembre 1970, Renault présente la 6 TL qui vient compléter la gamme aux côtés du modèle de base manquant de puissance. La 6 TL est dotée du moteur 1100 avec vilebrequin à cinq paliers de la 8 Major. Il développe 46 ch, soit douze de plus que la 6. Le freinage est assuré par des disques à l'avant et des tambours de plus grande taille à l'arrière. Extérieurement, la 6 TL se reconnaît à une grille d'aération sous la calandre, la plaque d'immatriculation avant placée sur le pare-chocs, des jantes à voile ajouré (pour alimenter les disques en air), un échappement sortant à l'arrière et un équipement  plus fourni : miroir de courtoisie, accoudoir aux places avant et sièges avant à dossier inclinables de série. Côté performances, la 6 TL permet d'atteindre les 135 km/h en vitesse de pointe contre seulement 118 pour la 6 de base.
Production : 1970-1973 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1108 cm³ - 46 ch - 135 km/h

 

Gilbern Genie

Gilbern Genie
En octobre 1966, au Salon de Londres, Gilbern présente le coupé 2+2 places Genie, un nouveau modèle qui succède à la GT et monte en gamme. La Genie est dotée du moteur Ford V6 Essex de 2,5 ou 3 litres. Il est alimenté par un carburateur double corps Weber. Quelques exemplaires recevront l'injection Tecalemit Jackson. La direction et l'essieu arrière de la Genie proviennent de la MGB. Le train arrière est toutefois amélioré avec des bras oscillants et des amortisseurs plus fermes. La Genie 2.5 litres est supprimée en 1968 et, l'année suivante, la version 3 Litres est remplacée par l'Invader. Au total 197 Gilbern Genie ont été produites. La Genie s'est donc relativement bien vendue pour un modèle artisanal mais cela n'empèche pas la société fondée par Bernard Friese et Giles Smith de connaître des difficultés financières et d'être reprise, en 1968, par une société financière spécialisée dans les machines à sous, l'Ace Capital Holding.
Production : 1966-1969 (197 ex.)
Caractéristiques : V6 - 2994 cm³ - 143 ch - 190 km/h 

Bristol 410

Bristol 410
Evolution de la 409, la 410 bénéficie de quelques améliorations à l'équipement : sélection de la boîte automatique au plancher, air conditionné (en option), jantes de 15 pouces (au lieu de 16), suspensions et freins améliorés. Extérieurement, la 410 se distingue par de doubles joncs latéraux et les phares reculés dans l'aile avant. la commande de la boîte automatique ne se fait plus par bouton-poussoir mais au moyen d'un levier conventionnel placé entre les sièges. En deux ans, la Bristol 410 est produite à 82 exemplaires.
Production : 1967-1969 (82 ex.)
Caractéristiques : V8 - 5211 cm³ - 254 ch - 210 km/h
 
 

Saab 96

Saab 96
En août 1964, la partie avant de la Saab 96 est redessinée avec une large calandre englobant les phares et la partie centrale verticale qui n'est plus attachée au capot. L'embrayage est désormais hydraulique. Le moteur 850 gagne deux chevaux supplémentaires (40 ch). En août 1965, le moteur est encore plus puissant (42 ch) tandis que la boîte 4 vitesses est montée de série. En août 1966, des freins à disque sont montés à l'avant. En août 1967, la surface vitrée est agrandie (pare-brise et lunette arrière). Les Saab 96 à moteur 3 cylindres sont supprimées de la gamme au printemps 1968.
Production : 1964-1968 (- ex.)
Caractéristiques : 3H - 841 cm³ - 40 ch - 130 km/h
 

Saab 96

Saab 96
En février 1960, Saab présente la berline 96 qui succède à la 93 F. La carrosserie est retouchée pour améliorer la visibilité : lunette arrière panoramique et vitres latérales arrière agrandies. La Saab 96 adopte le moteur 850 de 38 ch du break 95 mais il demeure, comme sur la 93 F, accouplé à une boîte 3 vitesses. En mars 1961, la Saab 96 reçoit la boîte 4 rapports.
Production : 1960-1964 (- ex.)
Caractéristiques : 3H - 841 cm³ - 38 ch - 130 km/h
 

Citroën Dyane

Citroën Dyane
En 1965, Citroën voit ses parts de marché diminuer face à la concurrence, notamment celle de la Renault 4. L'idée est alors que la carrière de la 2 CV va vers sa fin et qu'il faut la remplacer par une modèle au style plus moderne. C'est ainsi que débutent les études du projet AY qui sont confiées à d'anciens de chez Panhard, Louis Bionier et son assistant René Ducassou-Péhau. C'est celui-ci que dessine la carrosserie du projet AY avec ses flancs creusés et son hayon arrière. Pour la mécanique, Citroën conserve le moteur de la 2 CV. Pour le nom du futur modèle, "Dyane" est retenu, anagramme de "Dyna" qui était utilisé par Panhard. La Citroën Dyane est dévoilée en septembre 1967 au Salon de Francfort. Deux finitions sont proposées : la Dyane Luxe équipée de banquettes de 2 CV, d'une roue de secours dans le coffre arrière et de jantes sans enjoliveurs, et la Dyane Confort avec des banquettes d'Ami 6 réglables en marche, la roue de secours au-dessus du moteur, des enjoliveurs de roues et, en option, des protections tubulaires sur le pare-chocs arrière. Avec le sortie de la Dyane 4 (435 cm³) en mars 1968, la Dyane 425 cm³ n'a plus de raison d'être et est retirée du catalogue en janvier 1969.
Production : 1967-1969 (1.444.583 ex. toutes les Dyane jusque 1983)
Caractéristiques : 2H - 425 cm³ - 18,5 ch - 100 km/h

 

NSU TTS

NSU TTS
Lancée en février 1967, la Prinz 1000 TTS est une version sportive destinée à l'homologation en groupe 2. Le moteur 1000 est alimenté par deux carburateurs double corps Solex et doté d'un arbre à cames spécial. Il développe 70 ch. Un radiateur d'huile est monté sous le pare-chocs avant et le capot arrière est laissé entrouvert pour aérer le moteur. En septembre 1967, elle est rebaptisée simplement TTS et reçoit un nouveau motif de face avant.
Production : 1967-1971 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 996 cm³ - 70 ch - 160 km/h 

Plymouth Valiant

Plymouth Valiant
La troisième génération de la populaire Valiant est dévoilée à l'automne 1966. Elle est, comme la Dodge Dart, établie sur un empattement allongé à 274,3 cm. Les lignes de la nouvelle carrosserie sont plus cubiques. La Valiant peut recevoir les moteurs 6 cylindres de 2.8 ou 3.2 litres (puis 3.7 litres) ou les V8 de 4.5, 5,2 ou 5.6 litres.
Production : 1966-1973 (- ex.)
Caractéristiques (modèle 3.7 de 1969) : 6L - 3685 cm³ - 147 ch - 170 km/h
 

Simca 1501 Spécial

Simca 1501 Spécial
Au Salon de Paris, en octobre 1966, Simca présente les 1301 et 1501 qui succèdent aux 1300 et 1500. La carrosserie est modernisée avec une face avant retouchée et, sur la berline, le coffre allongé. Trois niveaux de finition sont disponibles : LS, GL et GLS. En 1968, la 1501 GLS est remplacée par la 1501 Spécial dont le moteur développe 81 ch au lieu de 69. Pour 1970, la 1501 Spécial reçoit une nouvelle calandre noire avec des phares à iode rectangulaires supplémentaires.
Production : 1968-1976 (- ex.)
Caractéristiques : 4L - 1475 cm³ - 81 ch - 160 km/h
 
 

Mercury Cougar

Mercury Cougar
Pour le millésime 1969, la Mercury Cougar est proposée dans une version cabriolet. La calandre reçoit des barres chromées horizontales et non plus verticales. Les feux arrière, de forme convexe, occupent toute la largeur de la poupe. Sur les flancs de carrosserie, un pli courbe court de l'avant jusqu'au passage de roue arrière. Les finitions de base ou XR-7 sont maintenues. Le modèle 1970 se distingue par sa calandre en deux parties.
Production : 1968-1970 (- ex.)
Caractéristiques : V8 - 6397 cm³ - 324 ch - 210 km/h
 

Ford Galaxie 500

Ford Galaxie 500
Pour 1969, la grande Ford Galaxie 500 reçoit une nouvelle plate-forme à l'empattement de 307 cm. Plusieurs carrosseries sont disponibles : berline, berline hardtop, coupé, coupé fastback (Sportsroof) et cabriolet (uniquement millésime 1969). Le moteur le plus puissant est désormais le 7 litres "Thunderjet" de la Thunderbird. Les modèles 1970 sont semblables à ceux de 1969 à l'exception de menus détails.
Production : 1968-1970 (- ex.)
Caractéristiques : V8 - 5763 cm³ - 253 ch - 190 km/h
 

Bentley T

Bentley T
En octobre 1965, au Salon de Paris, Bentley présente la berline T qui succède à la S3. Elle est, à la calandre près, identique à la Rolls Royce Silver Shadow présentée au même moment. Au Salon de Londres 1965, quelques jours après la berline vue à Paris, Rolls Royce présente la version deux portes. Elle est réalisée par le carrossier James Young (jusque 1967) puis par Mulliner-Park Ward. Le cabriolet complète la gamme en octobre 1967. Les versions 2 portes et cabriolet sont rebaptisées Corniche en 1971.
Production : 1965-1970 (- ex.)
Caractéristiques : V8 - 6230 cm³ - puissance non communiquée - 190 km/h